Remèdes de mamie

Remèdes contre les maux fréquents

Quand on ne se sent pas en pleine forme, on présente souvent plusieurs symptômes. Et la solution n’est pas toujours simple. Une prise en charge personnalisée est donc indispensable. Avec ou sans compléments? Réponses à travers cinq plaintes fréquentes.

Vous manquez d’énergie, vous êtes toujours fatiguée

Repas trop légers à midi, pas assez de sucres lents le soir… des erreurs alimentaires peuvent expliquer cet état de fatigue. On peut aussi penser au manque de fer qui est la première cause de fatigue chez la femme.
Le dosage sanguin de la ferritine est le seul examen qui donne un reflet de la réserve en fer. Mais il vaut mieux traiter avant de passer sous la normale, une cure fait souvent du bien dès que l’on commence à perdre ses cheveux.
La solution:

Si le taux de ferritine est un peu bas, une cure de fer de trois mois redonne de la vitalité. A côté des sels de fer, souvent assez mal tolérés sur le plan digestif, il existe un complément alimentaire (Guanylor fer) où le fer est associé à une levure. Ce qui améliore sa tolérance et son assimilation. Attention, pas de traitement sans prise de sang, car l’excès peut aussi être néfaste. Par la suite, on entretient son statut en fet en mangeant de la viande et du boudin une fois par semaine.

Vous souffrez de petites infections à répétition

Un déficit en fer, un léger état d’inflammation chronique ou une hyperperméabilité intestinale peuvent favoriser des petites infections à répétition. Souvent aussi, on retrouve un manque de vitamine D.
De « bons » acides gras sont nécessaires pour fabriquer des anti-inflammatoires naturels et se défendre contre les agressions.

La solution

Un meilleur équilibre des acides gras dans l’alimentation est souhaitable. Des cures répétées de pré- ou probiotiques améliorent la qualité de la flore, donc le confort intestinal. Elles ont un effet positif sur la fonction immunitaire de l’intestin, et donc les défenses de l’organisme. Une dose de vitamine D au début de l’hiver chez les plus de 50 ans est souvent une bonne idée. D’autant que des études ont mis en évidence une activité anti-ostéoporose et, c’est moins connu, des propriétés anti-cancéreuses. Des oligo-éléments (zinc, cuivre…) sont également conseillés.

Vous avez des coups de pompe, vous êtes stressée

La sensation d’être parfois complétement vidée, l’impression de manquer de souffle, des petits tremblements, des jambes qui ont envie de bouger sans cesse à certains moments…
Ces signes d’hyperexcitabilité témoignent souvent d’un déficit en magnésium. La biologie ne disposant pas de marqueurs satisfaisants pour évaluer le statut en magnésium, ce sont les symptômes qui mettent sur la voie. Surtout en cas de stress permanent, car on sait que cela favorise une élimination plus rapide du magnésium. Associés à un inconfort digestif, ces signes peuvent aussi témoigner d’une intolérance alimentaire.

La solution

Le magnésium en cure d’un mois améliore souvent la résistance au stress. Il est disponible sous de nombreuses formes (en gélules ou en ampoules, associé à une levure comme le fer, magnésium marin…) Si le bilan biologique a montré une intolérance alimentaire, la suppression des aliments responsables (le plus souvent œufs, produits laitiers ou gluten) apportera un soulagement. Mais il faut aussi réapprendre à bien mastiquer. S’il existe en plus une certaine fragilité émotionnelle, une irritabilité ou une tendance au grignotage sucré, la prise d’un complément alimentaire à base de tryptophane peut être conseillée. En effet, cet acide aminé favorise la production de sérotonine (neurotransmetteur). Il existe d’ailleurs des associations magnésium-tryptophane.

Vous n’arrêtez pas de vous blesser en faisant du sport

Des tendinites, et même des tendons qui lâchent malgré un échauffement correct, des crampes fréquantes malgré une bonne hydratation: quand le corps semble devenir fragile, il faut réagir. Autrement qu’en prenant sans arrêt des anti-inflammatoires, mauvais pour les reins.
Une tendance à l’inflammation chronique et l’acidification de l’organisme favorisent ces incidents à répétition. Deux éléments qu’il est possible d’évaluer par des tests sanguins ou urinaires.

La solution

Le rééquilibrage de l’alimentation limite les aliments acidifiants. Les protéines animales doivent être réduites, mais la part des fruits et légumes augmentée. Bien qu’ils soient acides au goût, les fruits ne produisent pas d’acidité.
A connaître aussi: les associations qui neutralisent l’acidité (par exemple; manger du raisin avec un morceau de fromage). On pense à préserver l’équilibre des menus (éviter la viande et le fromage au cours du même repas, prendre un fruit ou un sorbet après une entrecôte…).

Votre peau est sèche, irritée, avec des boutons

Notre peau est le reflet de notre santé digestive, hormonale et psychologique. Mais elle dépend aussi de « bons » acide gras.
En effet, ces derniers aident à protéger les cellules contre le stress oxydatif et nourrissent nos tissus de soutien. Lorsqu’il existe une perméabilité intestinale trop importante, certains aliments peuvent entraîner des troubles cutanés (boutons rougeurs…).

La solution

Enrichir son alimentation en fruits et légumes, limiter les mauvaises graisses (viennoiseries, produits laitiers…) est souvent bénéfique. La qualité de la peau est aussi meilleure quand on rétablit un bon rapport entre oméga-3 et oméga-6 dans son alimentation.
Côté compléments, le zinc et l’huile de bourrache sont souvent conseillés. On peut améliorer la barrière intestinale par des cicatrisants de la muqueuse (à base de zinc et de thé vert).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *